Nouveau manuel de paléographie

LIVRE PALEO

Impossible de faire de la généalogie sans rencontrer un jour ou l’autre des problèmes de déchiffrage d’actes anciens. La lecture régulière, répétée et surtout progressive des documents anciens contribue à l’apprentissage individuel de la paléographie. Mais cela peut sembler long au chercheur impatient ou à celui qui travaille sur les archives numérisées en ligne, un peu moins faciles à lire. Quant à celui qui sort des registres paroissiaux pour se plonger dans les documents notariés, juridiques ou fiscaux, il rencontre de nouvelles difficultés liées aux abréviations professionnelles et ressent le besoin d’un outil pour l’aider.
Enfin, des spécificités régionales sont autant d’écueils supplémentaires pour celui qui n’est pas habitué aux fonds d’archives locaux. Car cette vaste région historiquement définie comme les anciens Pays-Bas autrichiens se trouve aujourd’hui à cheval sur plusieurs pays, dont la France et la Belgique. Elle présente des difficultés liées à la langue utilisée (fréquemment le latin, mais aussi, selon les régions et les périodes, le flamand, l’allemand, le français) ou à l’écriture (gothique dans les régions de l’Est).
Vous apprendre à lire plus vite et mieux qu’en vous laissant seul face aux textes d’une part, vous faire découvrir les évolutions historiques ayant des incidences pour la recherche généalogique d’autre part : tels sont les buts de cet ouvrage de paléographie franco-belge (XVIe-XXe siècles).
Les trois auteurs sont membres de l’association Généalogie Informatique Wallonie GéniWal.
Thomas Delvaux publie des articles sur www.morinie.com pour faire connaître l’histoire des Hauts-de-France auprès du grand public. Il a publié plusieurs ouvrages historiques et généalogiques, notamment L’histoire et généalogie des Van Pradelles (2016).
Yves Heraly, ancien trésorier du Cercle d’histoire, d’archéologie et de généalogie de Wavre et du Brabant wallon, a fondé en 1998 l’association GéniWal (Généalogie Informatique Wallonie) dont il est le président.
Robert Van Hecke, membre de GeniWal depuis les origines, donne des cours de paléographie aux sections de Namur et du Brabant wallon. Il écrit des articles dans la revue Mouvement dynastique belge, section Brabant wallon, sur les premières médailles belges et les volontaires de la révolution belge de 1830.