Gilberte Rousseau

photo_851_menu_775

A la mémoire de Madame Gilberte Rousseau
Née à Etterbeek le 12/04/1942
Décédée à Woluwé-Saint-Pierre le 31/07/2011
Co-fondatrice de GéniWal avec son époux Claude Naulaers

Pour Gigi

C’est une banalité de dire qu’il est difficile de prendre la plume pour rendre hommage à quelqu’un qu’on ne reverra plus et de qui on n’est pas encore habitué à parler au passé. C’en est une autre de penser que ce genre d’exercice est toujours convenu … et qu’on trouve toujours toutes les qualités à ceux qui sont partis. Et pourtant … La vie associative est comme la vie tout court : elle est faite de partages, de rencontres, de rires et de sourires, de fatigues et de déceptions, de « coups de cœur » et de « coups de gueule », de travail et de joie(s).

Gigi (pourquoi dire Gilberte alors qu’on ne l’appelait jamais ainsi ?) était tout cela. Je veux dire que celles et ceux qui partagent (un peu, beaucoup, à la folie) la vie de GéniWal depuis 1998 et après ont toujours connu Gigi, et ont connu avec elle tous ces moments. Même si chacun conserve (et conservera) ses propres souvenirs. Pour moi, ce seront les moments passés ensemble dans divers salons à répondre aux questions du public, sur le stand de GéniWal. Oublions – ou faisons semblant d’oublier – cet arbre généalogique rempli au congrès de Lille au mois de juin pour lui exprimer notre amitié : oublions, parce que c’était déjà une manière d’admettre qu’il nous fallait lui dire (vite) au revoir. Gigi ? « Généalogiste », « bénévole », « bavarde », « néerlandophone » … et « Bruxelloise ». Généalogiste ? Entre autres, elle nous a fait profiter de ses recherches en Grande-Bretagne et a beaucoup travaillé sur l’ascendance de Jacques Brel. Bénévole ? Au sens premier du mot : celle (ou celui) « qui veut bien » : elle disait rarement « non » Gigi. Bavarde ? Comme moi, avec moi, avec d’autres … Un défaut et une qualité quand il s’agit de répondre aux interrogations du public généalogiste belge et étranger. Néerlandophone ? Il nous est arrivé – alors que l’agenda était chargé – d’aller elle et moi seuls aux congrès du VVF où elle me faisait répéter ces quelques mots officiels et, surtout, où elle pouvait, contrairement à moi, dialoguer avec nos amis et voisins dans leur langue. Bruxelloise ?  Pour moi, ce sera le mot de la fin ou – si vous préférez – le meilleur : Gigi, lors des déplacements où l’on se retrouvait le soir (autour d’une tablée de Français et de Belges) aimait nous raconter des histoires en Bruxellois. Gigi aimait rire et partageait son humour pour notre plus grande joie, par exemple lors du congrès de Marne-la-Vallée en 2009. Plus de deux ans déjà …
Tu aurais aimé savoir que j’ai proposé aux Français – en guise de boutade – de faire leur congrès de 2015 à … Waterloo. Car tu aurais ri avec moi. Pour un prochain salon Geneatica à Wavre, ou à Marseille en 2013, tu ne nous accompagneras pas … et personne ne nous racontera d’histoires en Bruxellois comme toi … Mais, tu seras là quand même. Alors, nous te disons au revoir !

Christophe Drugy, le 12 août 2011

photo_852_menu_775

Gigi a déposé de son vivant sa généalogie afin qu’elle soit transmise aux générations futures

Nous nous ferons un plaisir de répondre à vos questions concernant sa généalogie.